L'ultimatum iranien qui se libère de certains engagements –


L’assurance-vie est un placement capitaliste qui permet or souscripteur d’épargner de l’argent dans l’objectif de le transmettre à un bénéficiaire lorsque survient un événement lié à l’assuré : son décès ou sa survie. Ce produit d’épargne permet en or souscripteur de percevoir des intérêts sur son contrat en fonction du capital investi.

En de vie du souscripteur, il reste le bénéficiaire et impétrant des fonds et peut récupérer librement le capital et les intérêts

En de décès du souscripteur, le contrat sera dénoué et le capital et les intérêts seront transmis à le (ou les) bénéficiaire(s) de son choix (enfants, conjoints, concubin, frères et sœurs, etc…)

L’assurance vie est principalement utilisée de nos jours tel que un contrat pour garder de l’argent en bénéficiant des avantages de la taxe de la certification vie cumulés avec ceux liés à la transmission du patrimoine. Les contrats sont ouverts dans l’objectif de préparer sa retraite, se constituer un capital à terme ou pressentir un projet immobilier.

Il convient néanmoins de faire la distinction entre la garantie décès et l’assurance vie. Dans un contrat d’assurance décès, l’assureur s’engage à verser un capital et pourquoi pas une rente déterminé aux bénéficiaires désignés en l’assuré a l’intérieur du cas où celui-ci vient à décéder une certaine date. L’assurance décès est généralement souscrite pour permettre à la famille de rembourser un emprunt ou pour payer les études des enfants dans l’hypothèse ou l’assuré décède brutalement.