⚡ APPEL AU PEUPLE SOUVERAIN et au châtiment, Jeandaix, 19 mai – Meilleure assurance

4.1 (77%) 22 votes


Assurance-vie et succession : vous bénéficiez en plus d’avantages successoraux !
Vous choisissez librement vos bénéficiaires et vous pourrez transmettre jusqu’à 152 500 € dépourvu qu’ils n’aient à régler de frais de succession. En effet, les sommes versées (aussi baptisées « présent ») pendant le défunt l’âge de 70 ans et à partir du 13 octobre 1998 sont soumises à un prélèvement en bloc de 20%, après application d’un abattement de 152 500 € pendant bénéficiaire (tous contrats confondus). La domaine supérieure à 700 000 € (après abattement) est nympho à un prélèvement majoré à 31,25%.

Cette disposition est en particuliers intéressante lorsque bénéficiaires ne sont pas des parents proches, taxés jusqu’à 60% hors cadre de l’assurance-vie. L’assurance-vie est réputée « hors succession », cela donne l’occasion de transmettre hors droit commun (voisin, ami, enfant d’un autre lit, partenaire de PACS, etc.) tout en bénéficiant d’un abattement important. Sachez que clause bénéficiaire est strictement confidentiel également.

Les sommes versées selon le défunt après l’âge de 70 ans font partie de la succession et sont soumises aux droits de succession, après un abattement de 30 500 €. A inscrire : pour contrats ouverts le 20/11/1991 et si les libéralité ont été versées chez le défunt avant le 13 octobre 1998, l’exonération d’impôt est totale.

Comment obtenir capitaux versés en assurance-vie en tandis que bénéficiaire ?
Vous avez un proche décédé et vous pensez que vous étiez bénéficiaire d’une assurance-vie sur laquelle il avait épargné ? Sachez qu’il est en France des dizaines de poids d’euros de contrats d’assurance-vie en déshérence, c’est à dire avec le capital du défunt non versé aux bénéficiaires désignés. Et si personne ne réclame cet argent, il est reversé chez l’assureur à l’État après un délai de 30 ! Alors pour éviter cela, pensez à saisir l’Agira online : ce service effectuera recherches pour savoir dans l’hypothèse ou vous bénéficiez d’une assurance-vie souscrite chez le défunt.